13 décembre 2017

Et à part ça ?

Comme vous l'avez vu, je triche un peu en remplissant ce blog de mes dernières lectures... ce qui m'a aussi permis de me reposer après l'enchaînement de ces dernières semaines (j'en avais bien besoin).


J'avoue que c'est assez calme, ces temps-ci, côté écriture car le plus dur est fait (pour un moment) : tout est OK pour Papa de Papier qui sort en janvier, il reste une phase de corrections/relecture sur Ma Pire Semaine de Vacances (qui sort en avril) et les corrections éditoriales pour Poumon Vert (qui sort un peu plus tard en 2018), mais je n'aurais les éléments qu'en début d'année.


En attendant, je suis en vacances ! Enfin, c'est relatif, mais disons, un peu plus que d'habitude.


Du coup... ben, mon cerveau mouline à toute allure sur différents projets qui seront les prochains (mais c'est la première fois depuis longtemps que j'en ai autant au même stade, c'est à dire juste une idée, et tout à développer).


Au menu :


* Un petit roman (30 000 signes max ?) à partir de 8 ans (mais je me demande si ça ne va pas être un peu en dessous, au niveau de la tranche d'âge). Je n'ai pas envie de trop en dire mais c'est un thème autour de l'amitié, avec une forte part autobiographique. J'ai commencé (trame détaillée et rédaction des 2 premiers chapitres). Ça devrait aller vite. #ProjetMystère


* Un roman de fantasy pour ado dont l'idée est née lors de l'émission Life is a Pitch, et que j'ai un peu commencé à développer. Comme "La cité de l'oubli" existe déjà, le nom de code sera plutôt "La cité du savoir" puisque les thèmes développés sont atour de l'intelligence de l'esprit, l'intelligence du corps et du cœur, et le handicap mental. Vaste projet. Normalement, un one-shot.
Je ne pense pas l'écrire avant 2018, mais ce serait bien que je développe un peu mes notes et recherches...


* Jesus Clones ! Un vieux vieux projet, abandonné dans un carton... mais pour lequel j'avais déjà fait pas mal de recherches et préparations. Il me trotte dans la tête et j'ai bien envie d'essayer d'en faire quelque chose... d'autant que ça me permettrait d'aborder le clonage d'une façon différente de ce que j'ai fait avec "L'Effet Ricochet"


Sans compter quelques projets d'albums et autres suites de romans existants (qui sont soumis à résultats de ventes et envies des éditeurs...).


Bref, même si c'est plus calme, ne croyez pas que je vais m'ennuyer !!!

12 décembre 2017

Journal d'une princesse, Carrie Fisher

Journal d'une princesse 

Résumé :
En 2015, alors qu’elle reprenait le rôle de la princesse Leia pour une nouvelle trilogie, Carrie Fisher a retrouvé son journal intime tenu pendant le tournage de La Guerre des étoiles. Elle y a relu ses réflexions de toute jeune fille sur l’incroyable aventure qu’elle vivait alors et ses poèmes d’amour mélancoliques.

Ce Journal d’une princesse révèle pour la toute première fois des extraits de ces carnets secrets, dévoilant ainsi ce qu’il s’est vraiment passé sur le plateau (et dans les coulisses) d’un des films les plus célèbres de tous les temps.

Une autobiographie débordante d'humour et pleine d'émotion racontant la vie de celle qui est devenue à jamais la princesse de tous les cœurs de la Galaxie.

Mon avis :

Je pense que je n'avais pas suivi que Carrie Fisher avait publié d'autres autobiographies (Shockaholic et Wishful Drinking) parce qu'elles ne sont pas traduites en français, du coup, en un sens, c'est ce qui m'a manqué car celle-ci se focalise uniquement sur l'époque du tournage de l'épisode IV (juste avant, et un petit peu après... avec un passage 40 ans plus tard, mais c'est léger). Bon, en bonne fan de Star Wars, forcément, je suis contente d'avoir lu quelques passages... mais triste aussi que ce soit après sa mort (le bouquin aurait-il été traduit en français si Carrie Fisher n'était pas morte l'année dernière ?)

Je ne suis pas complètement convaincue par l'intérêt de publier les pages de carnets retrouvés à l'époque (un peu comme prendre le journal intime d'une jeune fille de 19 ans brut...), mais je pense que ça peut permettre de cerner la personnalité complexe de Carrie Fisher.

J'en ressors avec une impression douce-amère.

10 décembre 2017

La machine à explorer le temps, H.G. Wells

La machine à explorer le temps 

Résumé (enfin, extrait de 4ème de couv) :  
"Je vis des arbres croître et changer comme des bouffées de vapeur ; tantôt roux, tantôt verts ; ils croissaient, s'étendaient, se brisaient et disparaissaient. Je vis d'immenses édifices s'élever, vagues et splendides, et passer comme des rêves. Toute la surface de la terre semblait changée - ondoyant et s'évanouissant sous mes yeux. Les petites aiguilles, sur les cadrans qui enregistraient ma vitesse, couraient de plus en plus vite. Bientôt je remarquai que le cercle lumineux du soleil montait et descendait, d'un solstice à l'autre, en moins d'une minute, et que par conséquent j'allais à une vitesse de plus d'une année par minute ; et de minute en minute la neige blanche apparaissait sur le monde et s'évanouissait pour être suivie par la verdure brillante et courte du printemps."

Mon avis :

Dans la lignée de mon "rattrapage" de classiques, j'étais bien obligée de lire (enfin) cette base sur le voyage dans le temps !

Je dirais que, dans un sens, j'ai préféré l'histoire à celle du Voyageur Imprudent (dont je parlais récemment). Même si le style est un peu moins beau, les personnages sont plus attachants.
C'est assez court (dans un sens, c'est tant mieux car ce n'est pas toujours la peine de faire long !).
Et la vision du futur d'H.G. Wells est vraiment intéressante.

Je ne pense pas que ça change fondamentalement ma vision du voyage dans le temps, mais je suis contente d'avoir rattrapé ce classique de la SF !


8 décembre 2017

La vérité sur l'Affaire Harry Quebert, Joël Dicker

Résultat de recherche d'images pour "La vérité sur l'Affaire Harry Quebert, Joël Dicker"

Résumé :
À la fin du mois d’, Nola Kellergan, âgée de 15 ans, disparaît mystérieusement du village d’Aurora, dans le New Hampshire. Une vieille dame, qui a vu un homme poursuivre la jeune fille dans la forêt entourant la ville, se fait tuer quelques minutes plus tard. L'affaire est classée sans suite, vu le peu d’indices et de pistes.

À New York en 2008, Marcus Goldman est un jeune écrivain à qui son premier roman vient de faire connaître le succès. Gloire éphémère toutefois, car son éditeur exige un nouveau livre et le menace d’un terrible procès s’il n’écrit rien dans les délais. Marcus, en mal d’inspiration, va se ressourcer dans le New Hampshire chez son vieil ami et ancien professeur d’université, Harry Quebert, lui aussi auteur d’un best-seller intitulé Les Origines du mal, dont le succès lui a permis de s’installer à Aurora où il avait écrit ce fameux roman. Marcus, toujours atteint du syndrome de la page blanche, doit repartir pour New York sans avoir écrit. Quelques jours plus tard, un coup de téléphone bouleverse sa vie : Quebert vient d’être arrêté par la police ! Sur sa propriété, on a retrouvé, enterré, un squelette qui s’avère être celui de Nola Kellergan, disparue trente-trois ans plus tôt. Qui plus est, on retrouve avec elle le manuscrit du best-seller de Quebert !

Convaincu de l’innocence de son ami, Marcus décide de lui venir en aide en cherchant à comprendre ce qui s’est passé, trente-trois ans plus tôt, dans cette petite ville du New Hampshire, probablement moins tranquille qu’on aurait pu l’imaginer.

Mon avis : 
Il y a quelques années, en mai  2015, j'ai eu l'occasion de présider le jury du Prix du Livre Sans Frontière. Au delà de la sélection et des votes, le groupe d'ados qui avait lancé l'idée voulaient également faire tourner un roman, un livre voyageur, qui serait annoté par les lecteurs avant de passer de mains en mains... ce roman, c'est donc "La vérité sur l'Affaire Harry Quebert", et j'ai gentiment été mise dans la boucle.

Bon, le fléau de la PAL étant ce qu'il est, j'avoue que j'ai repoussé longtemps la lecture de ce pavé de 850 pages, pas du tout imaginaire (ce qui est assez loin de mes lectures habituelles).

Et puis l'autre jour, hop, je me suis lancée... et je l'ai dévoré !

Alors, il y a plein de petits conseils, proverbes ou maximes autour du métier d'écrivain avec lesquelles je ne suis pas d'accord, donc j'ai parfois un peu grincé des dents, mais, si on se concentre sur l'histoire et l'enquête, on se laisse prendre au jeu.
Il y a un petit côté Twin Peaks pas désagréable aussi, où, au lieu de se demander qui est Laura Palmer, on se demande qui est Nola Kellergan... et les raisons de sa mort.
Les pages se tournent toutes seules et, finalement, le poids du bouquin n'est plus un problème car c'est vraiment agréable et prenant.

Je l'ai beaucoup lu dans les transports en commun et dans le train, ce qui n'était pas l'idéal pour annoter, du coup, j'ai refait un passage rapide au crayon pour jouer le jeu sur les passages dont je me souvenais. C'est assez sympa de "discuter" virtuellement avec d'autres lecteurs, un peu comme une lecture commune... mais dissociée dans le temps.

Bref, je vais sans doute faire profiter de ce roman autour de moi avant de l'envoyer voyager vers d'autres lecteurs !

5 décembre 2017

Retour de Montreuil !

Je ne fais pas un vrai compte-rendu, essentiellement à cause de la fatigue (le contrecoup me tombe dessus), mais, une fois encore, j'ai passé un très bon moment à Montreuil !


Merci à Lise Syven pour la photo !

J'ai revu les copains/copines, des lecteurs/lectrices formidables, et avancé avec mes éditeurs pour les prochaines sorties (c'est toujours un moment professionnel important). Je remercie au passage les éditions Castelmore et toute la Castelteam pour leur gestion d'enfer ! (on se sent chouchoutés !).


Il se trouve que, par un hasard extraordinaire, mon anniversaire tombe chaque année le week-end de Montreuil... je reviens donc avec plein de cadeaux !


Ma (très bonne) récolte !

(Sur cette photo, les cadeaux de mon mari et mes enfants se sont ajoutés !)


Un seul regret : j'ai manqué plein d'autres auteurs :( Ce sera pour la prochaine fois !

2 décembre 2017

Le voyageur imprudent, René Barjavel







Résumé (piqué sur le site Babelio, parce que le 4ème de couv officiel divulgache tout) : " Le lendemain, il avança d'un siècle de plus. Puis de deux, de trois, de cinq. Ce qu'il vit et rapporta à l'infirme leur parut tellement effrayant qu'ils décidèrent, d'un commun accord, de faire en avant un bond gigantesque pour être immédiatement fixés sur le sort de leurs lointains petits-enfants.
En effet, si l'électricité avait disparu, et la civilisation de la machine trouvé son terme, une force nouvelle était née ; l'humanité, qui avait appris à l'utiliser, subissait une telle évolution dont l'esprit des deux hommes n'osait prévoir l'aboutissement. Quand Saint-Menoux, ce jour là, appuya sur le bouton de départ... "






Mon avis : Vous m'entendez souvent dire que je n'aimais pas lire quand j'étais petite, et que, quand je me suis mise à la lecture (à 18 ans), j'avais beaucoup de retard à rattraper, y compris dans les classiques de la SFFF. J'essaye de remédier à ces lacunes, et c'est ce que j'ai fait en lisant (enfin) un roman de Barjavel (présenté comme le père de la SF Française, pour ceux qui l'ignorent).


Alors, forcément, voyage dans le temps, ça me parle ! À vrai dire, à force de l'entendre cité dans les tables-rondes (comme celle des Utopiales "Le futur, pourquoi y aller ?") et à me voir acquiescer bêtement en espérant qu'on ne verrait pas trop que je ne l'ai pas lu, j'ai un peu honte de ne le lire que maintenant !!!




Je n'ai pas été déçue de ma lecture, même si je ne peux pas dire que j'ai eu une envie folle de tourner les pages (le personnage étant un peu trop passif/naïf/tête à claques par moment pour avoir très envie de savoir ce qui va lui arriver). J'ai été choquée, par moment, de la place des femmes. Remettre dans le contexte, d'accord, mais quand même :


"Déjà, de notre temps, la tête était bien la partie de leur corps dont les femmes avaient le moins besoin pour vivre."  



Donc, bon, je suis un peu mitigée. J'ai préféré les passages dans le passé que ceux dans le futur, et j'ai plutôt apprécié toutes les descriptions techniques de "comment ça marche".




Quelque chose m'a bluffée, par contre, c'est le style, vraiment riche et aux images très précises. Par exemple (au hasard) :
"La respiration avait soudé à glace son passe-montagne à son béret, enfoncé comme un bonnet de nuit. Derrière ce heaume, le froid lui fendait les lèvres. Les clous de ses brodequins lui gelaient les pieds. Le froid montait le long de ses mollets, glissait des lames aiguës sous ses omoplates, mordait ses flancs, broyait dans ses poches ses doigts gantés."



Donc, je comprends que Barjavel soit adulé par beaucoup, et si je croise un autre de ses romans (Ravage, par exemple), je me laisserai sûrement tenter (mais pas tout de suite, je dois faire baisser ma PAL d'abord !).