23 juin 2017

Rencontres dans le cadre du feuilleton des Incos

Je vous avais déjà parlé du roman réalisé avec des classe, dans le cadre du feuilleton des incos. Eh bien j'ai eu la chance de pouvoir rencontrer deux d'entre elles !

Ça s'est passé vendredi dernier, près de Bordeaux. Nous avons échangé sur mes autres romans, bien sûr, et je leur ai même "offert" la lecture des deux premiers chapitres de Papa de Papier en exclusivité ! Eux, de leur côté, avaient bien travaillé aussi : des dessins (voir ci-dessous) et des booktrailers (bande annonce du livre) qui sont vraiment super (j'espère pouvoir les partager ici, mais comme il y a des photos des collégiens, il faut vérifier les autorisations de diffusion).

C'est assez étrange de parler d'un roman pas encore publié (je n'ai pas l'habitude), surtout quand les lecteurs ont participé au fur et à mesure de sa création, donc ils connaissent déjà très bien les coulisses ! Mais c'est chouette de mettre des visages sur des noms croisés au détour d'un écran, et de pouvoir leur poser des questions à mon tour...





J'hésite toujours sur le titre, "Comment je suis devenue un robot" ou "J'ai traversé la route", je parle du roman sous l'un ou l'autre titre sans m'en rendre compte.

Grace à ces rencontres, je vais pouvoir corriger le roman et l'envoyer aux éditeurs !

Une nouvelle aventure en vue...

22 juin 2017

Sélection au Prix Utopiales Européen Jeunesse 2017

Je suis en retard dans la mise à jour du blog, mais je voulais partager avec vous cette excellente nouvelle : "L'effet Ricochet" est sélectionné au Prix Utopiales Européen Jeunesse !



Si vous voulez savoir si cette lecture est pour vous, je peux vous conseiller les excellentes chroniques :



J'en reparlerai sûrement, mais j'en profite pour annoncer ma prochaine dédicace, dernier évènement de l'année scolaire pour moi : Samedi 1er juillet à la librairie CoLibris de Meyzieu !
Rendez-vous entre 10h et 12h30 pour dévaliser cette formidable équipe de tout plein de bouquins avec de zolis tampons et des petits mots dedans !

14 juin 2017

Retour de Grimaud (en images)

Alors, le salon de Grimaud... c'était super sympa ! Mais, j'avoue que pour une fois, il y avait un petit air de vacances (d'habitude je n'ai jamais le temps de visiter ni rien, alors que là, il y avait des moments prévus pour ça, donc c'est cool !).

Déjà, ça a très bien commencé avec le cadre de l'hôtel... même si j'ai regretté d'avoir oublié mon maillot de bains !


Ensuite, j'ai rencontré une classe de CM2 (dans leur école) et j'ai découvert avec grand plaisir le court métrage inspiré d'Ascenseur pour le Futur, réalisé l'année dernière. C'est toujours chouette de découvrir ce genre d'initiative dont les enfants garderont le souvenir toute leur vie !

Dans cette classe, je veux faire un coucou tout particulier à Marion, qui m'a fait une pub d'enfer auprès de ses copains, et a profité d'un espace de libre expression dans le salon pour continuer !!! *pluie de cœurs à paillettes*









Au salon, j'ai retrouvé avec plaisir Fabienne Blanchut (dont j'ai lu l'excellent 1749 Miles : foncez !), ainsi que Pascal Brissy et Sophie Rigal-Goulard que je connaissais déjà. Et j'ai rencontré de nouveaux collègues fort sympathiques qui ont fait beaucoup pour la bonne ambiance du week-end !


Les organisateurs aux petits soins sont à saluer aussi, vraiment, quelle équipe dynamique !

Vendredi, j'ai pu me balader un peu dans le (très beau) village de Grimaud :

Grimaud : c'est beau.
Clin d’œil aux élémentaires !
 
Clin d’œil à Ascenseur pour le futur !
Et, samedi, pendant la grosse pause de milieu de journée (comme tout le monde reste au frais et fait la sieste, inutile de rester au salon), nous avons pu visiter Port Grimaud... et même aller à la plage !




Certains auteurs se sont baignés, mais moi, j'avais surtout envie de mettre les pieds dans l'eau... ça sentait comme un avant goût des vacances !!!

Bref, un salon agréable, des lecteurs au top, une équipe organisatrice dynamique et des collègues archi-sympas... que demander de mieux ?

J'ai même pu travailler dans le train du retour...


8 juin 2017

Grimaud !

Rendez-vous vendredi (pas toute la journée car je rencontre des classes aussi) 
et surtout samedi prochain (le 10 juin), à Grimaud  !






Venez nombreux, ça promet d'être super sympa !!!


PS : sans vouloir vous faire baver d'envie, ce sera l'occasion pour moi de tester mon nouveau tampon pour les élémentaires (en complément de mon zoli pigeon) !!!

6 juin 2017

Tout est sous contrôle

Salut à tous !

Pas facile de tout faire, ça c'est pas nouveau ! Je crois que le principe des doubles (triples) journées peut fonctionner quelques temps (plus de 10 ans, dans mon cas), mais, à un moment, c'est plus dur. Espérons que cette perte de rythme n'est que provisoire parce que j'ai vraiment besoin d'être efficace en ce moment !

Quand je dois aller travailler le soir au lieu de rester en famille

En tout cas, les projets avancent quand même :

* J'ai terminé les corrections de Jivana (V3). Il me reste à relire et lancer un petit coup le logiciel magique (Antidote) pour traquer les fautes.
* Papa de Papier devrait sortir en début d'année 2018 (hiiiiiii), mais j'ai de nouvelles corrections à faire dessus (genre, ce mois-ci).
* J'ai reçu les retours que j'attendais sur Poumon Vert et J'ai traversé la route (ex : comment je suis devenue un robot), donc j'ai toutes les cartes en main pour apporter les corrections (plus ou moins importantes) avant d'envoyer aux éditeurs. Si c'était courant juin, ce serait mieux.
* J'ai promis d'écrire le premier jet de mon projet Patinoire au mois de juin.

Donc, comme vous le voyez, tout se télescope un peu (si peu). Mon mois de juin promet d'être bien rempli !

Et, quand je regarde mon planning, je me rends compte que mes semaines d'écriture vont être courtes, puisque je pars en fin de semaine pour le salon de Grimaud, et que je suis en déplacement une partie de la semaine suivante près de Bordeaux pour rencontrer des classes qui ont participé au feuilleton des Incos avec moi (sur "J'ai traversé la route"). Sans compter les fêtes d'écoles, et autres répétitions intensives du prochain spectacle de danse... autant vous dire que chacune de mes heures est précieuse et peut faire la différence !


Je mets mon casque, et j'y vais !
 
Voyons le bon côté des choses : si tout va bien, je serai tranquille cet été pour avoir de vraies vacances, ET les projets se concrétiseront sur 2018 et 2019 !!!


PS : suite à une mauvaise manip, je viens de supprimer mon article sur Roger Moore. Snif.Grace à Jo Ann, c'est réparé ! Merciiii <3

24 mai 2017

Roger Moore

Je pourrais dire un mot sur ma tristesse suite à l'attentat de l'Aréna à Manchester, et ce n'est pas parce que je vais faire un article de blog sur le décès de Roger Moore que ça minimise ma peine devant cette horreur qui perdure, mois après mois, où dès qu'on pense que c'est terminé, ça recommence.
Roger Moore, donc.
Pourquoi je vous en parle ? Parce qu'il a un vrai lien avec l'un de mes romans. Les classes dans lesquelles j'ai fait des interventions le savent déjà, mais vous peut-être pas... Ce n'est pas un hasard si le héros d'Ascenseur pour le futur s'appelle Brett !
Dans cette histoire de voyage dans le temps, au moment de choisir le nom du personnage, j'ai décidé de prendre un acteur et ses différents rôles pour identifier le personnage à travers les époques qu'il traverse (pour éviter d'avoir "le Brett de 10 ans dit au Brett de 40 ans que le Brett de 80 ans..." ça aurait été très très lourd, et on se serait mélangé dans les Brett).
Dans la toute première version du roman, le personnage qui venait du futur s'appelait donc Roger et avait 80 ans (depuis, c'est Lucas, 14 ans, qui s'y colle !). Il s'agissait en réalité de Brett, vieux, qui venait se sauver lui même quand il avait 10 ans...
Pour trouver le prénom de mon héros, je me suis mis dans la peau de sa mère. Il se trouve que sa mère est fan de Roger Moore. C'est son James Bond préféré. Par un hasard étonnant, c'est aussi mon James Bond préféré... Sauf que mon Brett a moi est né en 1980, donc j'ai décidé que sa mère lui donnerait plutôt le prénom d'un autre personnage, dont elle a suivi les aventures dans les années 70 !
Donc, nous avons "Brett", comme Lord Brett Sinclair dans Amicalement Vôtre (sauf qu'il n'a que 10 ans dans l'histoire)...


Et quand Brett va se voir, dans le futur, à 40 ans, il va se trouver pas mal... un peu comme ce fameux James Bond qu'aime sa mère ! Nous aurons donc "James" pour le désigner à 40 ans.

Et initialement, "Roger", comme Roger Moore, pour dissimuler son identité quand il a 80 ans...









Finalement, on ne voit plus "Roger" dans Ascenseur pour le futur, car, après discussion avec des éditeurs lors de l'envoi de la première version, cela amenait trop le roman à creuser le thème de la nostalgie (on avait ce papy de 80 ans qui voyait ses parents jeunes, en bonne santé, qui retrouvait ses jouets...).



Je suis convaincue qu'on peut parler de nostalgie aux enfants et aux adolescents. Vous n'avez qu'à regarder ce que font les studio PIXAR, et vous comprendrez... on peut parler de CARS, de Toy Story 3 ou de Vice Versa, par exemple, hein !

 
 


Mais j'ai quand même compris ce qu'on essayait de me dire sur le rythme du roman, et la façon dont il pouvait être plus universel avec un personnage adolescent, venant de l'époque du lecteur (Lucas, donc, prénom très donné pour la génération actuellement au collège... ce qui n'est pas un hasard non plus).


La version avec Lucas était plus dynamique, et pouvait amener un vrai dialogue entre les parents et les enfants sur le thème "et toi, comment tu voyais le futur quand tu avais mon âge ?" "Est-ce que tu pensais vraiment qu'il y aurait des voitures qui volent en l'an 2000 ?" "Comment tu as pu survivre sans téléphone portable et sans Internet ???", donc, finalement, c'est celle que nous avons gardée (et que vous pouvez lire actuellement !).



Sur la couverture : Lucas !

Même si "Roger" n'est plus dans le texte, c'est important pour moi de rendre hommage à Roger Moore aujourd'hui, car il fait aussi partie de l'histoire de ce roman...



19 mai 2017

Life is a pitch

Hey !
Me revoilà pour partager le lien du podcast Life is a pitch, auquel j'ai participé il y a quelques semaines !
Le principe ? Beaucoup de rires, de gâteaux, de petits jeux, et 45 minutes pour improviser une histoire à partir de 3 contraintes piochées dans des cartes (j'ai vraiment pioché, c'est vraiment le hasard !).

Un exercice pas facile, mais vraiment fun !

Si vous avez besoin de nous visualiser en train de faire les andouilles, voilà quelques photos (que vous pouvez retrouver sur la page facebook de Life is a pitch).

Cédric Degottex
Moi

Cédric et moi


Spoiler !

Alors, impatients de découvrir cette histoire ? Suivez ce lien et préparez vous pour une heure de bonne humeur !